5 questions à Philippe «Elvis» Rochette

Apprenez à connaitre les gens derrières vos lunettes. L’opticien du jour: le boss.

Nom : Philippe Rochette

Surnom : Elvis

Années d’expérience : 23

Vous pouvez le rencontrer: un peu partout en fait. Mais surtout aux Portes Orange.

Quand Philippe a fait le saut à son propre compte en 2007, il avait un seul point de service : le YMCA d’Hochelaga-Maisonneuve. « Je m’installais à la table avec mes valises de lunettes. Les gens se demandaient ce que je faisais là ». C’est vrai qu’à première vue,  gars-qui-traine-dans-le-lobby-du-Y-avec-des-valises ne devait pas sembler être un modèle d’affaires ultra prometteur. Pourtant, presque 15 ans plus tard, le Bonhomme à lunettes a plus de 50 points de service à Montréal, Longueuil, Laval, ainsi que dans Lanaudière et dans les Laurentides. Il a aussi remis 90 000$ aux organismes partenaires l’an dernier. Pas mal pour un gars qui a commencé en vendant des lunettes entre deux cours d’aérobie.

Devenir opticien, c’est arrivé comment?

Le hasard. J’avais 20 ans. Je voulais apprendre un métier. J’ai donc ouvert le guide des professions. J’avais déjà un DEC en sciences pures, plein de cours crédités. 6 mois après avoir gradué, je commençais une mineure à l’UQAM en scénarisation cinématographique. 23 ans plus tard, je suis pas mal plus opticien qu’écrivain. Mais je scénarise des fausses pubs bizarres. Win-win.

C’est quoi l’histoire derrière ton surnom?

Je chante toujours une chanson de Elvis si on passe une soirée dans un Karaoké. Mon hit ? Teddy Bear. (ndlr: ça va prendre une vidéo de ça un jour.)

Complète la phrase: travailler chez le Bonhomme, c’est…

…avoir la chance de travailler en accord avec ses convictions, dans une ambiance relax, avec juste ce qu’il faut d’humanisme, de professionnalisme, de franchise et d’humour.

C’est quoi ton conseil numéro 1 pour les clients?

C’est simple: n’ayez pas peur de poser vos questions, toutes vos questions, en venant nous voir ou en allant chez un compétiteur.

Ton secret  pour mener la barque du Bonhomme? 

Fournir les conditions aux employés afin qu’ils restent. Flexibilité, écoute, rémunération, relation d’égal à égal. Amener un esprit de collaboration avant tout. Et surtout !! Ne jamais oublier tout ce que j’ai détesté de mes patrons.