Aller au contenu
Accueil » Le blogue du Bonhomme » 5 questions à Luc «Don Brandon» Sauvageau

5 questions à Luc «Don Brandon» Sauvageau

Luc Sauvageau

Apprenez à connaitre les gens derrière vos lunettes. L’opticien du jour : Luc Sauvageau alias le Don

Nom : Luc Sauvageau

Surnom : Don Brandon

Années d’expérience : 45 ans (!!!)

Territoire : Mile End, Longueuil, La Prairie, Châteauguay, Brossard

Pour prendre une métaphore sportive, Luc est le vétéran qu’on peut employer à toutes les sauces. Calme et efficace, sa simple présence contribue à stabiliser tout le reste. Les clients sont en confiance, et les collègues aussi! Comment ne pas l’être avec plus de quatre décennies derrière la cravate? Quand Luc y va d’un conseil, on ne peut faire autrement que d’écouter. C’est le genre de prestance qui vient avec le statut de Don/président de l’Association des opticiens du Québec.

DEVENIR OPTICIEN, C’EST ARRIVÉ COMMENT ?

Quand est venu le temps de choisir une carrière, je ne voulais pas niaiser. J’avais déjà un DEC en Science de la santé et je n’avais pas l’intention de m’éterniser sur les bancs d’école. En plus, plusieurs programmes qui m’intéressaient à l’université étaient très contingentés. Quand j’ai appris que le CEGEP Édouard-Montpetit allait lancer un département d’orthèses visuelles, j’ai tout de suite été intrigué. J’ai appliqué et j’ai ainsi fait partie de la première cohorte d’opticiens de l’histoire du cégep, celle de 1974-1977. Je suis comme un pionnier disons (rire).

COMMENT EST-CE QUE TU T’ES RETROUVÉ AU BONHOMME À LUNETTES ?

J’ai été propriétaire d’une franchise de 1989 à 2011, soit pendant 22 ans. À un moment donné, j’ai fini par prendre la décision de vendre le bureau, mais je suis resté comme gérant. C’est à ce moment-là que les objectifs de vente ont été introduits et j’étais mal à l’aise avec ça. Je trouvais que c’était un manque de considération pour les clients, dont certains venaient chez nous depuis longtemps. J’ai donc remis ma démission et c’est durant cette période que Gino (alias Dr Spock) a commencé à essayer de me recruter pour venir travailler chez le Bonhomme. J’ai accepté de rencontrer Philippe et j’ai finalement commencé pas longtemps après. Une belle aventure qui se poursuit depuis 7 ans!

EST-CE QU’IL Y A UNE HISTOIRE INTÉRESSANTE DERRIÈRE TON SURNOM ?

Peu de temps avant que je me joigne à l’équipe, Catherine avait été engagée et pour son surnom, le choix s’est arrêté sur Brenda. Donc quand Philippe cherchait le mien, il a simplement suggéré un pendant masculin : Brandon. Le « Don » est arrivé par la suite. Parce que je suis président de l’Association des opticiens depuis 14 ans, Philippe disait souvent en blague que j’étais le Parrain de l’optique, il a donc commencé à m’appeler Don Brandon.

QU’EST-CE QUE TU AIMES LE PLUS DANS TON TRAVAIL ?

Le contact avec les gens. J’aime voir le monde, j’aime échanger avec eux. Je pense aussi qu’on aide les gens, on leur rend service avec nos connaissances. Même quand c’est plus difficile et que le client arrive avec des demandes qui ne tiennent pas la route. Au lieu de simplement dire « non », je prends mon temps pour discuter avec lui, faire valoir les différentes options et essayer de trouver la meilleure solution.

QU’EST-CE QUE TU AIMES LE PLUS DANS LE FAIT DE TRAVAILLER AU BONHOMME?

La convivialité non seulement avec les clients, mais avec les collègues. Il y a un bel esprit, une façon de faire rigoureuse, mais aussi à la bonne franquette qui rend tout ça tellement plaisant. On essaye toujours d’aider les clients et je pense qu’ils sont contents de nos efforts. La vaste majorité en tout cas. À mon âge, je pourrais prendre ma retraite, mais je n’y pense pas vraiment. Pas encore. Quand on est revenu de vacances récemment, j’étais très heureux d’être de retour. Pour moi, travailler au Bonhomme à lunettes, c’est le bonheur.

 

Luc Sauvageau